Nouvelle poésie des États-Unis : Nioques n°22-23 / Double Change

Le nouveau Nioques est un numéro double et bilingue, coordonné par le collectif Double Change.

SOMMAIRE
IntroductionNouvelles écritures des États-Unis d’Amérique
David Buuck – Le dehors insurrectionnel (trad. Abigail Lang)
Youmna Chlala – La caméra de papier (trad. Abigail Lang)
Lindsay Choi – Transverse (trad. Abigail Lang)
Mónica De la Torre – Équivalences (trad. Vincent Broqua)
Kate Durbin – « Marlena, Topanga Canyon, Californie » (trad. Olivier Brossard)
Ben Fama – Poèmes extraits de Fantasy (trad. Olivier Brossard)
Sophia Le Fraga – « H8M8 » (trad. Michael Valinsky)
Sara Larsen – The Riot Grrrl Thing (trad. Olivier Brossard)
Trisha Low – L’agression sexuelle de Trisha Low telle qu’elle est diffusée par l’amour au labyrinthe, ou la vertu récompensée (trad. Vincent Broqua)
Layli Long Soldier – « Attendu que » (trad. Vincent Broqua)
Allison Parrish – Et puis elle s’en est allée. Elle s’en est allée, allée, elle s’en est allée. Elle s’en est allée (trad. Vincent Broqua)
Danny Snelson – Le reliquaire de l’Apocalypse (trad. Vincent Broqua)
Divya Victor – Portraits de famille (trad. Vincent Broqua)
Mia You – Essai et poèmes (trad. Olivier Brossard)
Steven Zultanski – « Agonie 1 et 2 » (trad. Olivier Brossard)

Anthologie bilingue, ce numéro double présente une quinzaine de jeunes écrivains oeuvrant dans les poétiques radicales et expérimentales du XXIe siècle, afin d’ausculter la façon dont les formes, les discours et les
pratiques interrogent la poésie, jusqu’à sortir de celle-ci.

La poésie postconceptuelle de Danny Snelson ou d’Allison Parish s’approprie des matériaux déjà existants sur le web et les « recycle », venant interroger la poétique du format, des programmes et des dispositifs numériques. L’interrogation sur ce qui est poétique dans les langues trouvées sur internet est aussi à l’oeuvre dans ce qu’on pourrait appeler l’écrire-traduire de Mónica de la Torre. Un même texte est traduit et retraduit selon diverses procédures qui génèrent du texte comme une mécanique.

Elles questionnent ainsi les politiques de la langue en faisant boîter la poésie par la traduction tout autant que l’inscription de l’étranger dans la langue américaine. Ce sont des politiques de l’épreuve de l’étranger qu’explorent Youmna Chlala, Lindsay Choi ou Mia You. D’autres poètes telles Sophia Le Fraga, Divya Victor, Layli Long Soldier minent la langue depuis des positions mouvantes qui vont de l’ironie à des textualités du quotidien, de la critique féministe à la position décoloniale. Nous avons aussi demandé à ces poètes – tous et toutes à peu près inconnus en France – de livrer un texte plus discursif sur leur pratique.

Vincent Broqua pour Double Change.

(Photo : Nicolas Tardy @tardynico70)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *